loader
Actualités
  • :

Réfugiés congolais au Rwanda : Paul Kagame ne doit pas se dérober de sa responsabilité

Même si le briefing était focalisé sur la construction de cinq universités, une première depuis que le Congo est indépendant, la presse n’a pas manqué de revenir sur l’actualité, dominée par la volonté de Paul Kagame de chasser les réfugiés congolais du Rwanda. Aussi, est-ce que la Rdc utilise les mercenaires ?

Dans sa réponse, Patrick Muyaya, porte-parole du Gouvernement a indiqué qu’il y a quelque chose qui ne fonctionne plus normalement autour de Paul Kagame. Depuis que le monde entier a vu ce qu'il fait, et que ceci a été étayé par le Livre blanc et le rapport des experts de l’ONU, j'ai compris qu'il y a un disfonctionnement. Il ne se passe pas un jour sans qu’il ne tienne des propos déplacés et dangereux contre la RDC.

« Il y a plus des réfugiés rwandais en Rdc que congolais au Rwanda. La feuille de route de Luanda veut que la question des réfugiés soit gérée par la tripartite. A ce jour, seulement 77.000 réfugiés congolais au Rwanda, qui y sont du fait du gouvernement rwandais. Et qui malheureusement sont instrumentalisés », renseigne le ministre de la Communication et Médias. Et d’ajouter, même s'il y a une tentative de recul, Kagame a dévoilé ses intentions. On ne peut pas marchander les vies humaines. Peut-être qu'il voudrait exercer une pression sur la communauté internationale et exiger d’être payé par tête de réfugié !

C’est ainsi que Patrick Muyaya conseille aux Congolais de ne pas être distraits. « Nous travaillons pour la défense du pays. Il ne faut pas que le Rwanda se dérobe de sa responsabilité. Nous sommes prêts à recevoir nos frères, mais nous devons faire le contrôle et savoir qui est qui. 

Quid des réfugiés Rwandais, qui pour Paul Kagame sont devenus des Fdlr. Est-ce qu’on peut imaginer ce que serait devenu le Rwanda en 1994 si la RDC avait fermé ses frontières ? Il ne doit pas faire semblant pour ignorer sa responsabilité en RDC. Nous sommes engagés à construire notre appareil sécuritaire. Ses déclarations, c'est dans le même esprit.

Au sujet des mercenaires, Patrick Muyaya a rappelé les propos du président de la République, de passage à Londres, qui disait qu’on n’allait pas recourir à une milice pour régler la question des milices. « Lorsque la République a besoin des instructeurs, est-ce qu'on va se priver de recourir à des moyens pour la formation de nos militaires ? Ça procède de la mauvaise campagne, on veut distraire le monde par rapport au massacre de Kishishi. Il ne faut pas que l'on cherche de faux-fuyants pour nous écarter de l'objectif. C'est la preuve que les droits humains n'ont aucune valeur pour Kagame. On instrumentalise les réfugiés parce qu'il y a un calcul derrière.

De son côté, le ministre de l’ESU et député de Goma, Muhindo affirme que Kagame n'a aucune crédibilité pour parler de la question des réfugiés, parce que lui-même refuse de parler avec les Fdlr. « Le chantage qu'il fait en brandissant les vrais faux réfugiés, c'est malheureux. Il n'y a pas les nouveaux réfugiés au Rwanda, car aucun Congolais ne peut accepter de vivre dans une prison. Les vrais Congolais n'accepteraient pas d'aller se réfugier au Rwanda. Qu'il arrête de distraire la communauté internationale », note-t-il.

Qu’est-ce qui se passe sur le terrain des opérations ?

Patrick Muyaya a rappelé que le sommet de Luanda était assorti d'une feuille de route claire. Il existe un calendrier préparé par les différents chefs d'état-major et le retrait de Kibumba constitue une étape. Il a informé que le chef d'état-major de la Rdc est à Goma pour se rassurer si le plan de retrait est respecté. Il n’a pas manqué de rassurer que le plan d'offensive contre le M23 est en préparation, même s’il faut vider toutes les raisons. Au moment venu, dit-il, nous viendrons avec le porte-parole de l'armée pour vous documenter. Il n'y a aucun crime qui ne sera documenté.

Pour le ministre de l’ESU, la Rdc essaye de démontrer la bonne foi, parce qu'on sait que le Rwanda ne respectera pas ses engagements. Ils essayent de distraire les forces régionales. C'est une démonstration qu'on a à faire à un acteur de mauvaise foi. « Lorsque la chicotte sera brandie, tout le monde saura que la RDC avait posé des actes de bonne foi », martèle-t-il.



Actualités Récentes