loader
Actualités
  • :

Construction des universités de Mbuji-Mayi et de Kananga : « La procédure sur les marchés publics a été respectée »

Devant les critiques dénonçant le détournement et le retard constaté dans la construction de cinq universités, notamment à Mbuji-Mayi et à Kananga, le Gouvernement de la République, à travers le ministre de la Communication et médias, ainsi que celui de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU), pointe du doigt les difficultés en termes d’approvisionnement en matériaux de construction. Il affirme par ailleurs que les délais seront respectés. Aussi le Gouvernement confirme que la procédure relative aux marchés publics a été respectée. Le ministre de l’ESU affirme qu’il a reçu des autorisations dans toutes les étapes, mais avoue qu’il n’est pas habilité à vérifier les personnes derrière chaque dossier. Il a aussi rejeté les allégations de Mme Isabelle Kibassa, disant qu’elle n’a pas qualité pour s’exprimer sur la question.

Au lendemain de la dernière visite du président de la République à Mbuji-Mayi, chef-lieu de la province du Kasaï-Oriental où il a fêté la ‘’Bonana’’, des voix se sont élevées pour dénoncer le détournement des deniers publics ainsi que le retard constaté dans la réalisation de certaines infrastructures, notamment à Mbuji-Mayi et à Kananga.

Il revenait alors au Gouvernement de la République, à travers le ministre de la Communication et médias, Patrick Muyaya, de fixer l’opinion sur ce qui s’est réellement passé. C’est dans ce sens qu’un briefing presse a été organisé ce mercredi 11 janvier 2023, sur le thème central : « Réalisation en cours du projet de construction d’infrastructures universitaires en République démocratique du Congo ». Et ce, avec comme invité, le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU), Muhindo Nzangi Butondo.

Dans son mot d’introduction, le ministre s’est félicité de la clôture de l’année académique passée, tout en soulignant que c’est depuis le 5 de ce mois qu’une nouvelle année académique a été lancée, avec en toile de fond la publication de l'instruction académique de l'année qui regorge quelques innovations. Ainsi, les G1, G2 et G3 ont été supprimés et la Licence est maintenant de trois ans conforme au système des pays de l’Afrique de l’Est et aux pays de la SADC.

« Nous avons un portail qui s'appelle bibliothèque nationale Esu. A travers leurs téléphones, les étudiants peuvent accéder et télécharger les livres de leurs domaines gratuitement. Il s’agit d’un encouragement pour le système LMD. Nous avons donné des instructions aux chefs des établissements pour que les fonds récoltés servent à la réhabilitation et à la construction des universités. C’est ainsi que les chefs d'établissements ont inauguré les nouveaux labos, de nouvelles infrastructures, etc. », dit-il.

Le ministre Muhindo Nzangi Butondo est revenu sur le vaste programme de construction des infrastructures, mieux de 5 universités, une première depuis l’accession de la Rdc à l’indépendance. « A part l’Unikin, l’Unilu et l’Unikis construit avant l’indépendance, après l'indépendance, l'Etat congolais n'a plus construit de nouvelles universités. Mais grâce au président de la République, un vaste programme de construction des universités a été lancé. Et ce sont des universités qui commencent souvent à Zéro », indique le patron de l’ESU.

Par la suite, le ministre a donné la situation de quelques structures universitaires dont les travaux sont en cours, avec images à l’appui pour évaluer les étapes amorcées. Il a cité le cas de l’Unbtp et l’Upn qui constitue le plus grand projet à Kinshasa. « On va non seulement réhabiliter l'ensemble des bâtiments, mais construire d'autres bâtiments pour avoir plus d'auditoires », précise-t-il.

A l’Université de Mbuji-Mayi, le ministre de l’ESU a indiqué que le terrain était vide et les travaux ont commencé. Ici, un retard a été constaté, mais dû aux conditions d'approvisionnement. Une situation qui n’est pas à confondre avec Kinshasa, qui ne connait pas de problèmes d’approvisionnement. La situation est la même à Kananga, où le train n’est pas régulier. 

Avant la séance de questions-réponses, le ministre de l’ESU a insisté pour dire que cet exercice consistait à apporter la bonne information à la population. Ce programme de construction des universités continue et va continuer. Il est question d’offrir de bonnes infrastructures non seulement à Kinshasa, mais aussi à l'intérieur du pays.

Il a terminé par dire que pour l'attribution des marchés, nous avons respecté toutes les étapes. Nous félicitons la Cour des comptes qui va vérifier la régularité de tous les actes qui ont été posés. Et ce, même si à Mbuji-Mayi, les travaux n'évoluent pas au même rythme, mais ils seront achevés.

Pour sa part, Patrick Muyaya a précisé que l’objectif, c'est d'abord les ressources humaines. Autant nous faisons un effort pour la gratuite de l’enseignement, autant nous faisons des efforts pour les universités à travers les ressources humaines et les infrastructures.

Faire confiance

Lors de la séance de questions-réponses, la presse a demandé au ministre qui a parlé d’un préfinancement des entrepreneurs du chantier de Mbuji-Mayi, pendant que Mme Isabelle Kibassa parle du financement de la taxe RAM.

 En réponse, M. Muhindo a voulu savoir, qui est habilité à donner les vrais chiffres ? A l’en croire, il faut se fier aux informations données par le gouvernement. « Dans mon cabinet, il n'y a pas un conseiller qui a ce nom-là », tranche-t-il.

Il a aussi été demandé au ministre de l’ESU de justifier pourquoi ce sont les personnes qui reviennent comme actionnaires dans les entreprises qui exécutent les travaux à Mbuji-Mayi, Kananga et ailleurs ? Le ministre a précisé que nous avons lancé un appel d'offres. « Dans toutes les étapes, nous avons reçu les autorisations. Les autorités compétentes pour donner les autorisations n'ont pas souligné qu'une seule entreprise a gagné le marché partout. Nous vérifions tous les dossiers. Nous ne sommes pas habilités à vérifier les personnes derrières chaque dossier. Ceux qui présentent de bons dossiers et de bonnes garanties, sont ceux-là qui gagnent. Vous devez faire confiance à tous les organes », conseille-t-il.

 

 



Actualités Récentes