loader
Actualités
  • :

Boostée par la montée en force des FARDC : Rdc ‘unie dans l’effort’ contre l’agression rwandaise

Depuis les frappes aériennes des deux positions stratégiques des criminels du M23, par l’aviation des FARDC, mardi 08 novembre 2022, il s’observe un regain de nationalisme dans le chef des Congolais toutes tendances confondues. Fait rare pour être souligné, la classe politique congolaise tout clivage confondu, parle le même langage et affiche, dans l’esprit de l’hymne national, son ‘unité dans l’effort’ contre l’agression rwandaise.

Dans le contexte d’agression et d’occupation des territoires dans le Nord-Kivu, perpétré par le groupe terroriste dit du M23, avec l’appui avéré en hommes et en logistique du Rwanda, patriotisme oblige, les leaders politiques mobilisent autour des FARDC et la population s’offrent volontairement pour servir sous le drapeau.

Au moment de l’adresse du Chef de l’Etat, les agresseurs occupaient certaines localités dans le territoire de Rutshuru, occasionnant un drame humanitaire avec plus de 200.000 déplacés, forcés de fuir les affres terroristes dans les zones de combats. Des instructions précises avaient été données au Gouvernement pour leur rassemblement et prise en charge. Ces compatriotes se retrouvant en dehors de chez eux sans logis, sans nourriture, sans soins. Et au-delà de ces efforts, le Chef de l’Etat en avait appelé à un élan général de solidarité pour alléger leur fardeau et à l’unité autour des FARDC.

Moins de 72 heures après l’adresse du Commandant suprême des FARDC et de la Police nationale congolaise, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, les Congolais ont entonné la strophe de l’hymne nationale, en étant « unis dans l’effort pour l’intégrité nationale ». 

Déjà quelques heures avant que le Chef de l’Etat ne s’adresse à la nation, participant à une émission face à l'équipe de l'organe de presse  Info Lingala, l’ex-Gouverneure de la Province de la Tshuapa et unique femme de la présidentielle de 2018, Marie Josée Ifoku a lancé jeudi 03 novembre 2022  à Kinshasa,  à l'intention des fils et filles de la République démocratique du Congo, un message d'unité pour mettre fin à la guerre d’occupation et aux pillages imposés au pays depuis environ un quart de siècle.

 « Laissons de côté nos rivalités politiques. Ensemble, comme un seul homme, unissons-nous autour du Chef de l'État, détenteur de la légalité, pour bouter dehors l'ennemi », a lancé Marie Josée Ifoku.

Un autre candidat président de la République aux élections de 2018, l’actuel président de la plateforme de l’opposition Lamuka, Martin Fayulu Madidi, profitant de son retour au pays ce 13 novembre 2022, lance l’appel à une marche de soutien aux FARDC qui partira de l’aéroport international jusqu’à l’échangeur de Limete.   

Ce sera le même message que lancera aussi le parti d’opposition ‘Ensemble pour la République’ de Moïse Katumbi Chapwe. Ce parti a, mardi 08 novembre 2022, dans une déclaration sur la guerre à l’Est et sur l’appel du Chef de l’Etat, annoncé répondre favorablement à cet l’appel au nom de l’intérêt supérieur de la nation.

Toutefois, pour ‘Ensemble pour la République’, ces genres d’appels manquent parfois des décisions sérieusement devant conduire à des résultats positifs. Ce parti aimerait que l’appel soit suivi des mesures nécessaires devant amener la nation à remporter la victoire sur tous les fronts. L’impératif est de traiter les causes que les conséquences. Il faut donc bien identifier l’ennemi pour ne pas donner des coups à l’air.

Marie Josée Ifoku déplore : ‘’Kagame n’est qu’un garçon de course’’

Une observation lucide de la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC montre que le véritable ennemi de la RDC n’est pas le peuple rwandais et, « Kagame n'est  qu'un garçon de course, 'mwana ya bitinda', comme on dit en lingala. La guerre nous est imposée par la communauté internationale. Une guerre économique au profit des multinationales », fustige Marie Josée Ifoku.

Pour l’unique femme candidate à la présidentielle de 2018 et gouverneure honoraire de la Tshuapa (province issue du démembrement de l'ex Province de l’Équateur), finalement, sont les multinationales sont les vraies ennemies de la RDC. Par des puissants lobbies, ces multinationales poussent la communauté internationale à s’exécuter pour satisfaire leurs besoins en matières premières nécessaires pour la transition énergétique et pour la haute technologie de communication et de l’industrie aéronautique. Ces minerais (Lithium et Cobalt en particulier) se retrouvant principalement en RDC suscitent convoitises et les voisins veulent jouer, chacun, le transit ce qui explique les pillages des richesses naturelles de la RDC et la perpétuation du système de prédation instauré au bassin du Congo depuis 1885.



Actualités Récentes