loader
Actualités

Auteurs de la Sextape: Bien que chassés du Collège Saint Georges, ces élèves seront poursuivis en justice

Des images qui ont circulé et qui continuent à circuler dans les réseaux sociaux ont provoqué l’indignation, l’émoi et la désapprobation de tout le monde. Non seulement que les élèves en uniforme ne pouvaient pas se livrer à de tels exercices, filmer et partager leurs ébats sexuels a été pour ces élèves, un point de non-retour, ou la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

C’est ainsi qu’à l’issue de la réunion du conseil de discipline de cette école à laquelle a pris part le ministre de l'Epst, Tonny Muaba, il a été décidé qu’à partir d’aujourd’hui, ces élèves du collège Saint Georges, auteurs de ces actes pornographiques et immoraux, sont définitivement exclus de l'école et sont interdits d'être inscrits dans d'autres écoles sur toute l'étendue du territoire national.

Dans une déclaration rendue publique à cet effet, le Promoteur de cette école a laissé entendre que c’est avec beaucoup de peine et de tristesse que nous avons suivi les scènes d’immoralité produites par les élèves bien identifiés pour les vidéos pornographiques et autres encore, constitué des filles et des garçons, exhibant des danses obscènes en cours d’être identifiés.

« Concernant la vidéo pornographique, il s’agit bel et bien des élèves de la troisième des humanités littéraire ancien 5ème littéraire, qui sont Tumba Kalenga, Banteka Mbemba, Ole Elonga, Kanza Diwabanza et Wemba Rito et l’élève fille de la première des Humanités littéraires, ancienne 3ème Littéraire », dit-il.

Et d’ajouter, voyant que les faits ont touché les sensibilités et toutes les couches de la société et qu’ils ont exposé l’uniforme scolaire du Collège Saint Georges, considérant le règlement intérieur de toutes les écoles en son article 42 au point 10 qui stipule : « détenir des documents immoraux ou se livrer à des actes immoraux entraine une exclusion définitive de l’école, c’est ainsi que j’ai convoqué de manière urgente le conseil de discipline, pour statuer à cet effet.

Après débat et délibération, martèle-t-il, nous avons confirmé ledit article en excluant définitivement du collège Saint Georges les élèves ci-identifiés. « Je tiens à informer l’opinion publique sur instruction du ministre de l’EPST Tonny Muaba, ces élèves inciviques et immoraux sont interdits d’être inscrits dans les écoles sur toute l’étendue du territoire national. Si d’autres cas concernant d’autres élèves de notre école sont dénichés, nous ne tarderons pas à appliquer les mêmes dispositions », promet-il.

Présent sur le lieu, le ministre de l’EPST, M. Tonny Muaba a expliqué qu’il devait se rassurer personnellement en faisant une descente sur les lieux. Car c’est une école fréquentée par ces élèves qui ont été identifiées sur une vidéo en qualité d’acteurs pornographiques et ils nous ont livré cette scène qui a touché toutes les sensibilités.

« Comme je tiens au redressement et à l’assainissement des milieux scolaires, je devais arriver ici pour voir comment ce cas a été géré. Comme vous venez de le suivre, ces élèves bien identifiés, viennent d’être exclus définitivement de cet établissement scolaire. Ce sont des immoraux. Ils ont transformé le site scolaire en un site hollywoodien de tournage des vidéos pornographiques », dit-il. Et de promettre :’’nous allons également saisir les autorités judiciaires pour qu’ils prennent en charge les aspects pénaux. Et ce, pour la simple raison que certaines scènes se sont déroulées dans certaines habitations. Il y a des gens qui ont offert à ces mineurs des locaux pour se livrer à ces scènes et d’autres se sont donnés le plaisir de les filmer et de les diffuser. On devra établir la responsabilité de tout un chacun, que ce soient les parents.

Des réactions

Cette sanction de l’école a soulevé plusieurs réactions. « Éduquer, orienter et redresser. On ne prononce pas de sanctions définitives contre des enfants en lieu et place de les éduquer pour qu’ils se redressent et soient utiles demain pour la société. Le rôle de l’Etat en de telles circonstances doit être exemplaire ; pas arbitraire », a écrit un congolais sur son compte tweeter.

Espérons que cette sanction va dissuader d’autres élèves à ne pas emboiter le pas. Mais au-delà de cette sanction, c’est la famille, premier milieu éducatif, qu’il faut interpeller. Et ce, parce qu’elle aura failli à sa mission. Car, d’autres milieux éducatifs, notamment l’Eglise et l’Ecole, viennent en complément du travail qui a été fait par la famille, et n’ont pas pour vocation de remplacer celle-ci.

 



Actualités Récentes